Le problème...

Lorsqu'ils s'engagent dans le soutien à la création d'emplois par le biais de l'entrepreneuriat, les bailleurs, qu'il s'agisse d'individus ou  d'institutions, gaspillent généralement de l'argent au lieu d'investir efficacement dans des PME innovantes, rentables et évolutives.

Cette situation augmente leur frustration et découragement à allouer des fonds de démarrage pour soutenir le développement des petites entreprises, quand bien même le plan national de relèvement 2017-2021 en République centrafricaine par exemple  du gouvernement prévoit un budget moyen de 10 milliards de FCFA (19 millions USD) par an pour le programme d'entrepreneuriat et d'emploi.

Actuellement, les bailleurs, principalement des institutions bilatérales et multilatérales, soutiennent les initiatives d’organisations gouvernementales ou non par le biais de formations professionnelles, de la promotion des petites entreprises et de la microfinance. Cependant, investir dans ces initiatives est un processus très coûteux, sans retour sur investissement, le modèle s’appuyant essentiellement sur les subventions accordées à des programmes dépourvus de système de suivi et d’évaluation efficaces et fiables pour documenter l’impact réel sur la création de richesse et d’emplois.

...Notre solution

image5

Bailab offre aux détenteurs de capitaux une opportunité d’investissement rentable  tout en fournissant une solution de développement d’affaires aux porteurs d'idées en Afrique centrale ayant des projets innovants à fort impact social dans le secteur des ressources naturelles ou de la transformation.

Notre modèle combine un programme d’investissements d’amorçage et un programme d’incubation dans une solution intégrée de développement commercial. Nous collectons des fonds auprès des détenteurs de capitaux et investissons  dans des porteurs d'idées innovantes et évolutives  que nous sélectionnons, formons et incubons de manière compétitive.

Notre Business model

Nos partenaires

image6
image7
image8
image9
image10
image11